Comment l’art contemporain participe à un art de vivre

L’art est un bouillonnement permanent. Il est devenu un compagnon merveilleux pour la recherche d’un art de vivre. Dans nos sociétés contemporaines occidentales, le loisir a revêtu ses lettres de noblesse. Fini le temps où le travail était la seule préoccupation d’épanouissement. L’art contemporain devient un loisir qui s’organise et propose de multiples raisons d’améliorer ses connaissances et de mieux se connaitre. Art et bien-être est un concept qui fait désormais partie de nos outils de développement personnel.

Rendre sa vie esthétique, faire de sa vie une œuvre d’art , telle est notre proposition.

L’homme contemporain se préoccupe de sa qualité de vie. Le développement personnel et la connaissance de soi sont devenus populaires et l’art peut offrir beaucoup en ces domaines. Il peut aussi contribuer à soigner par l’art thérapie, qui se structure et s’insère durablement dans le milieu des psychothérapeutes.

Le loisir créatif peut aussi nous donner de grandes satisfactions. Réaliser de ses mains des objets fait partie des plaisirs de la vie qu’il serait dommage d’occulter.

L’art contemporain, un nouvel art de vivre

Votre vie vous plait, mais vous aimeriez sortir de vos certitudes, car vous êtes conscient que des mystères nous entourent. Il est possible d’améliorer la qualité de votre vie, autrement que par une accumulation de biens et par une consommation frénétique de loisirs.

Et si vous regardiez l’art sous un nouveau jour ?

Comme la philosophie, les arts ont cette capacité d’agir sur nos vies. La peinture, la sculpture, la photographie, sont maintenant plus accessibles, que ce soit dans leurs pratiques ou par la contemplation des œuvres.

Auparavant, les plaisirs de l’art étaient l’apanage des plus riches. Aujourd’hui, la pratique artistique se démocratise. Acquérir une œuvre originale devient aussi possible. De nombreux artistes proposent toutes sortes de créations de qualité et à tous les prix.

On entend souvent dire : « Je n’y connais rien dans l’art ». Il est dommage que cette remarque éloigne de nombreuses personnes de l’art contemporain. Le poids d’une époque où seule une élite fortunée se réservait les plaisirs de posséder des œuvres d’art frappe encore les esprits.

Mais ce qui est le plus détestable, c’est le discours des critiques et des curateurs qui prétendent connaitre ce qui est de qualité ou pas. Cet intellectualisme continue d’être pernicieux pour tous ceux qui sont avides d’émotion artistique et qui n’osent pas toujours pousser les portes des galeries, ou simplement se faire plaisir en achetant une œuvre.

Pourtant, ce simple geste peut avoir des répercussions étonnamment positives dans la vie.

« L’art des privilégiés doit devenir l’art de la communauté. » L’important, c’est d’avoir résolu techniquement et plastiquement ce changement. Victor Vasarely

L’esthétisation de sa vie

Le monde des affaires a depuis longtemps compris qu’un des leviers les plus profitables pour le commerce était de créer des codes esthétiques pour valoriser ses produits.

La publicité moderne était née. Elle a établi l’esthétisation comme un principe fondateur.

L’utilisation de l’image en fonction de codes esthétiques n’est-elle liée qu’au marketing dans nos sociétés contemporaines ?

La réponse est non, car les sciences sociales nous démontrent qu’elle est depuis toujours au cœur de la définition de l’identité de groupe. Ce qui est relatif à des stéréotypes esthétiques détermine toujours une cohésion que l’on pourrait nommer tribale. L’appartenance à une caste, un mouvement, politique ou social, l’affirmation d’un genre ou d’une élite, sont autant de raisons de se différencier par des codes apparents.

Une nouvelle réalité s’intensifie dans le modèle de vie occidental que le monde entier adopte. C’est l’avènement de l’individualité. La majeure partie de la population vit dans des villes, voire de grands ensembles urbains. Tout est organisé pour que chaque foyer ou chaque individu s’émancipe de codes culturels traditionnels tels qu’ils existaient dans les sociétés rurales.

Il en résulte que chacun ressent une impression de liberté, d’être roi en son petit domaine. Se gérer au niveau matériel et spirituel devient une nécessité pour bien vivre sa vie.

La décoration de nos maisons et de nos appartements n’est plus accessoire. Du simple plaisir de vivre dans un environnement agréable, nous passons au besoin impérieux de nous ressourcer. L’art peut nous être utile, car c’est un puissant créateur d’émotion et de réflexion. De plus, parmi les innombrables styles artistiques, il en est certainement un qui vous convient.

Aborder l’art contemporain comme une manière de vivre, c’est exprimer une identité qui n’appartient qu’à vous et qui exprimera, mieux que de grands discours, ce que vous êtes et ce que vous désirez devenir.

Ageng Pidaksa

La connaissance de soi

Aucune culture n’est orpheline de l’art. De temps immémoriaux, les hommes ont créé des peintures rupestres et des objets sans autre utilité pratique que d’être esthétiques. Nous n’avons rien inventé avec nos sociétés actuelles et l’art contemporain continue à jouer un rôle pivot dans la pensée humaine.

La connaissance de soi commence par une prise de conscience de notre place dans notre environnement immédiat, puis plus largement dans l’univers.

Au départ, il y a un questionnement sur soi, sur sa vie et sur la façon de vivre. En miroir, se reflètent nos rêves, nos désirs d’enfants face au temps qui s’écoule.

Ne pas manquer à tout prix les belles choses de la vie peut devenir une obsession nuisible si l’on n’y prend pas garde. La recherche frénétique de toujours plus de satisfaction nous incite à surconsommer la vie. Il nous faut des éléments régulateurs et l’art en est un.

Le parcours pour atteindre une meilleure connaissance de soi n’est pas toujours évident. Par ailleurs, il se révèle sinueux, car il demande en premier lieu un travail de conscience de soi. Puis, quand la volonté de changement devient prégnante, alors il est peut-être temps de se lancer dans une recherche spirituelle.

Apprendre, comprendre et s’accepter avec bienveillance, tels sont les objectifs que l’on se donne.

Pour y parvenir, de nombreux leviers sont à notre disposition. L’art est l’un de ces moyens. Dans sa pratique ou par la simple contemplation, il est un outil puissant pour agir sur notre esprit.

Remarque : depuis quelques années, des visites de musée sont proposées par des psychologues. Orientées vers la méditation et l’échange devant des œuvres, elles offrent un temps pour soi, en lien avec les autres.

L’étendue du possible est immense en matière d’art. À vous d’expérimenter !

Si la spiritualité est une chose importante pour vous, savez-vous que beaucoup d’artistes contemporains s’inspirent du sacré dans leurs œuvres ?

Voici un exemple de Aisté Jurgilaité, une artiste lituanienne:

Aisté Jurgilaité - Mirage

Si vous êtes proche de la nature, certains artistes savent capter l’essence du vivant. C’est le cas pour ce photographe danois Jacob Berghoef.

Jacob Berghoef - Symbiosis

Le soin par l’art ou l’art-thérapie

Nous savons maintenant que pratiquer une activité artistique peut jouer un rôle majeur dans la prévention des problèmes de santé et dans la prise en charge de dérèglements ou de maladies psychiques.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) s’est intéressée à la question et a publié en 2019 un rapport sur ce thème, qui confirme « l’influence positive de l’art sur le bien-être mental et physique ».

Depuis longtemps, des philosophes comme Aristote avaient compris l’intérêt d’utiliser la force de l’art pour purger ses émotions. Les thérapeutes savent parfaitement que les pratiques artistiques ont cette faculté de libérer le stress et les non-dits. C’est un moyen d’exprimer ce qui est inexprimable par les mots.

Dans les ateliers d’art-thérapie, le but n’est pas de réaliser des œuvres d’art, mais de travailler sur la vie intérieure en faisant émerger les émotions. C’est ainsi que des traumatismes enfouis dans les méandres de notre cerveau font parfois surface. Ils sont représentés intuitivement sur les œuvres. Mis en évidence, ils deviennent alors plus faciles à réparer.

Pascal Manitoba est un artiste sensibilisé à l’art thérapie.

L’artiste partage son art lors de séances au bénéfice de personnes en difficulté. Sensible au chamanisme, il considère que l’art peut soigner les âmes et les corps.

Pascal Manitoba -Escalad'âme - 80 x80 cm

La pratique de l’art comme un loisir.

Pratiquer l’art est un excellent moyen d’exprimer son individualité. Les arts créatifs sont maintenant accessibles à tous les budgets et offrent un moyen d’apporter du piment dans sa vie. Explorer l’expression artistique sans y consacrer trop de temps ou d’argent est désormais à la portée de tout le monde.

Contrairement à une pensée trop répandue, il n’est nul besoin d’avoir étudié les beaux-arts pour créer des œuvres. En réalité, le principal écueil, c’est la peur d’être ridicule et d’être jugé. C’est précisément le défi qui est intéressant, car il repousse les limites que nous pensions infranchissables. En ce sens, la pratique artistique nous fait progresser dans la vie par la maîtrise d’une nouvelle compétence.

Lorsque l’on pratique un loisir créatif, nous faisons travailler les mains. L’esprit se concentre alors sur le travail et l’on oublie nos soucis. Le temps semble s’écouler différemment.

C’est aussi une façon de mobiliser de nouvelles compétences, orientées vers un but de création très valorisant. Nous travaillons pour nous-mêmes et par nous-mêmes.

De plus, nous quittons le monde extérieur, parfois agressif avec son lot de stress, d’obligations, de frustration, pour une activité proche de la méditation.

La création demande d’abord un lâcher-prise, afin de libérer notre conscience des pensées habituelles. Puis, nous impliquons notre corps, et particulièrement les mains, dans un processus de réalisation pratique. Et enfin, c’est notre esprit qui se nourrit des effets bénéfiques d’avoir réussi à créer.

Être capable de réaliser un objet nous permet de constater que nous avons des talents insoupçonnés. C’est une très bonne manière de prendre confiance en soi.

Ce qui se révèle vrai pour l’activité artistique purement manuelle, l’est aussi pour la visite de salons d’art contemporain, d’expositions ou de galeries d’art.

Organiser des vacances ou des voyages avec en ligne de mire une présence dans des lieux d’art est une manière constructive de construire ses loisirs. De l’avis général, le fait de côtoyer le monde de l’art devient vite addictif et procure de grands plaisirs.

Mais au-delà du simple loisir, l’art possède la faculté de nous rapprocher de nos contemporains, car il porte un langage universel.

Pierre Desenfant – Art4You